OHM

Projets 2014


FODYNA 2 FOrêts passées, DYnamiques et processus de recolonisation à travers l'étude des activités miNières et métAllurgiques historiques du Haut-Vicdessos

Porteur du projet : Vanessa PY CR2, GEODE UMR 5602
Université de Toulouse 2 Le Mirail
5, allées Antonio Machado
31058 TOULOUSE Cedex 9
vanessa.py@univ-tlse2.fr

Participants :

  • Bruno Ancel - Attaché de conservation Service Culturel Municipal de l’Argentière-La Bessée et TRACES UMR 5608 – Université de Toulouse 2 - Le Mirail 5, allées Antonio Machado 31058 Toulouse cedex 9 brancel@orange.fr
  • Sandrine Baron - CR1, TRACES UMR 5608 Université de Toulouse 2 Le Mirail 5, allées Antonio Machado 31058 Toulouse cedex 9 sbaron@univ-tlse2.fr
  • Raquel Cunill Artigas – Post-doc - Departament de Geografia. Facultat de Lletres Universitat Autònoma de Barcelona (UAB) 08193 Bellaterra Catalunya (Spain)
  • Jean-Paul Métailié - DR1, GEODE UMR 5602 Université de Toulouse 2 Le Mirail 5, allées Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9 jean-paul.metailie@univ-tlse2.fr
  • Sandrine Paradis-Grenouillet – IR GEOLAB GEOLAB UMR 6042 - Université de Limoges Site de Limoges 39E rue Camille Guérin 87036 Limoges cedex sandrine.paradis@unilim.fr

Mots-clés : Cycles miniers et métallurgiques, caractérisation des exploitations, systèmes techniques, trajectoires évolutives des espaces forestiers


Résumé :

La vallée du Haut-Vicdessos et ses abords (directs) sont caractérisés par la superposition de territoires industriels et agropastoraux - cela dès l’Antiquité voire dès la Protohistoire. L’exploitation des minerais argentifères est attestée par les textes médiévaux mais une activité plus ancienne est suggérée par la géochimie des sédiments lacustres. Parallèlement, l’extraction et la métallurgie du fer se développe dès l'Antiquité et se prolonge jusqu'au milieu du XIXe siècle. Consommatrices de bois à toutes les étapes de leurs chaînes opératoires, ces activités ont profondément marqué l'évolution des paysages et les pratiques des communautés. L’objectif de ce projet est donc de caractériser ces activités et d’apprécier leur essor et leur évolution. En outre, il vise à cerner leurs rapports avec la capture de charbons dans les sols ; les dynamiques spatiales forestières - en particulier les variations de la limite supérieure des forêts - ; la morphologie et la composition des forêts, leur évolution et leur gestion.


Cadrage problématique

Le projet de recherche FODYNA (2) prolonge le projet FODYNA (1) financé par l’OHM Haut-Vicdessos en 2013. Il s’inscrit en complémentarité de deux autres projets : DYVAH (dir. D. Galop, GEODE) et ASTAHÉM (dir. G. le Roux, EcoLab).

Il s'articule en trois principaux volets :

  1. la relecture archéologique des mines polymétalliques de montagne (en particulier Les Argentières et Lacore) avec le prélèvement de minerais en place (éventuellement datés) et de biofacts (charbons de bois et bois) ;
  2. l'analyse spatiale et bioarchéologique des charbonnières qui constituent les vestiges carbonisés des anciennes forêts ;
  3. l’analyse pédoanthracologique des sols associés aux espaces miniers et charbonnés. Cette étude interdisciplinaire vise à acquérir de nouvelles données pour dater et caractériser plus finement les activités minières et métallurgiques. À travers l’étude des charbonnières et des mines ouvertes par le feu, elle examine les forêts exploitées (localisation, étendue, composition, morphologie) et leur évolution au fil des siècles. En outre, elle cherche à identifier l’impact du charbonnage et des activités minières sur les assemblages de charbons dans les sols. À terme, le projet vise à caractériser les trajectoires historiques des forêts et à proposer une nouvelle grille de lecture pour identifier les facteurs à l'origine des phénomènes de repli ou de recolonisation des versants. Il s’agit de répondre à une question centrale : est-ce que la remontée altitudinale des forêts est un indicateur fort des changements climatiques ou le résultat d‘un changement profond des pratiques agropastorales, artisanales et industrielles ?

Objectifs :

Les objectifs du projet Fodyna sont :

  1. d’obtenir une chronologie affinée des cycles miniers et métallurgiques anciens, modernes et contemporains et de comparer les données archéologiques avec les résultats géochimiques du programme ASTAHÉ ;
  2. de constituer une base de données isotopiques du plomb datées car en lien direct avec les sites miniers et métallurgiques (minerais, haldes et ateliers) et de comparer les données à celles des enregistrements sédimentaires ;
  3. de restituer les forêts passées, leur étendue, leur morphologie, leur état, leur composition et leurs relations dynamiques avec les modalités d'exploitation artisanale et industrielle ;
  4. de mesurer l’impact des activités minières et métallurgiques sur la composition en charbons de bois des sols ;
  5. d’étudier la complexité et l'hétérogénéité de la limite supérieure des forêts grâce à l'étude des espaces charbonnés et des charbons dans les sols ;
  6. de proposer une nouvelle série de données originales pour alimenter des modèles et contribuer à mieux anticiper les processus de recolonisation forestières actuels et futurs.

 

Résultats escomptés :

  1. L’obtention d’une première série de résultats anthracologiques et pédoanthracologiques (potentiellement publiables) pour le transect des Argentières-Lacore ;
  2. l’obtention d’une première chronologie des activités minières et métallurgiques pour le secteur des Argentières (Lacore) ;
  3. l’obtention de résultats isotopiques (analyse des minerais des Argentières-Lacore) pouvant être mis en parallèle avec les données géochimiques des sédiments lacustres (programme ASTAHÉ) et des mines de Castel-Minier (F. Téreygeol dir.) ;
  4. le prélèvement d’une nouvelle série d’échantillons de minerais dans des ouvrages (ou des déblais) potentiellement datés ;
  5. la cartographie des espaces miniers et métallurgiques (ateliers et charbonnières) du secteur des argentières-Lacore ;
  6. la cartographie des espaces charbonnés du secteur de Bernadouze et une première série de résultats anthracologiques ;
  7. l’échantillonnage dendro-anthracologique (dans le cadre de sondages) de plateformes de charbonnage datées pour les deux sites ateliers (Argentières, Bernadouze) ;